Les produits qui améliorent la fertilité:

Acides oméga. La consommation des poissons maigres, riches en acides utiles, aidera à normaliser le taux d’hormones, et donc les chances de succès de la conception augmenteront considérablement. Le saumon –est une excellente source de protéines, riche en nombreux nutriments bénéfiques, y compris l’oméga-3, dont le taux optimal joue un rôle important dans le traitement de l’infertilité chez les femmes.

Légumes et fruits. Il est nécessire que le futur papa mange sans manquer 5 légumes et fruits différents par jour, hormis des pommes de terre. Par exemple:

Avocat
Ce fruit est riche en vitamines, matières grasses, glucides, protéines, minéraux nécessaires et fibres. Il constitue une source de vitamine E, nécessaire pour améliorer l’endomètre. Une ration riche en avocats contribuera également à l’implantation de l’embryon. Les avocats sont aussi une source d’acide folique, nécessaire pour le développement du fœtus.

Grenades
La consommation du jus de ce fruit pendant la grossesse permettra d’éviter des lésions cérébrales chez l’enfant. Les grenades sont riches en nombreux nutriments, vitamines et acide folique. Ce fruit a des propriétés anti-âge, anti-cancereuses et anti-inflammatoires, il est utile pour le coeur, le flux sanguin et les os.

Noix
Elles contiennent des substances curatives, et elles sont douées de propriétés anticancéreuses. Elles présentent des sources d’oméga-3 et de vitamine E, améliorent la qualité du sperme, et elles sont riches en vitamines et protéines.

Quinoa
Il est riche en protéines végétales utiles, contient des minéraux et vitamines, fibres et acides gras.

Cresson
Il est riche en vitamines, calcium, bêta-carotène, fer et iode. Les cressons contiennent des anti-oxydants qui préviennent ou ralentissent le stress oxydant causé par les radicaux libres.

Courge musquée
Elle contient une grande quantité de vitamines, d’antioxydants, de minéraux et de fibres digestes. Les courges musquées aident à favoriser la production de progestérone et améliorer la qualité du sperme.

Betterave
C’est une excellente source de resvératrol qui, en tant qu’anti-oxydant, aide à lutter contre l’infertilité liée à l’âge. Les betteraves sont riches en nitrates et elles aident à améliorer la circulation sanguine. Il est recommandé de boire ses jus aux femmes subissant une FIV, comme un moyen d’augmenter l’afflux de sang vers l’utérus pour favoriser l’implantation.

Viande blanche. Pour l’homme, la viande c’est un élément important pour la santé. Bien sûr, il n’y a pas besoin d’abuser de produits à base de viande, en particulier de saucissons, saucisses et conserves. Mais les 100-110 grammes de filet de poulet, de dinde ou lapin par jour combleront le besoin nécessaire en protéines animales qui seront facilement digérées. Les œufs représentent une bonne alternative, ils sont riches en choline, ce qui a un impact positif significatif sur le bon développement du bébé dans le sein de la mère. Les œufs sont une excellente source de protéines, riche en divers minéraux, vitamines et matières grasses.

Acides polyinsaturés. Ils sont nécessaires pour un système reproducteur masculain sain. Ajoutez de l’huile de lin à une salade, c’est un leader parmi les huiles les plus utiles pour la santé des hommes.

Calcium et vitamine D. Ces deux substances sont complémentaires, c’est pourquoi il est indispensable pour la santé des hommes de manger du fromage blanc et du fromage à pâte dure, ainsi que de se promener en plein air.

 
Les produits qui réduisent la fertilité:

Et maintenant une sorte d’«inventaire négatif» est porté à votre attention – une liste de produits, dont la consommation peut influencer négativement la capacité à devenir papa/maman. La liste est basée sur des articles publiés depuis plusieurs années dans la revue Human Reproduction («Reproduction humaine») éditée dans l’Université d’Oxford

  1. Les hommes buvant en moyenne un litre de boisson gazeuse par jour, produisent 30% moins de sperme que ceux qui ne la boivent pas.
    Hélas pour le sexe fort: le cola et autres plaisirs de la vie estivale réduisent considérablement non seulement le nombre de spermatozoïdes, mais aussi leur mobilité. Plusieurs études sur le rapport entre les boissons gazeuses sucrées et la fertilité/infertilité masculine nous le signalent.
    Tout d’abord, les scientifiques danois ont commencé à parler des dommages du cola sur la semence de l’homme (University Department of Growth and Reproduction, Rigshospitalet, Copenhagen, Denmark). Au cours de 5 ans, ils ont étudié plus de 2500 de jeunes Danois et ont constaté que la consommation régulière du cola entraînait une diminution de la concentration du sperme (moindre est la concentration, moins élevées sont les chances de fécondation).
    4 ans après, des collègues de plusieurs grandes universités aux États-Unis et en Espagne se sont ralliés à cette étude. Lors d’une étude collective, ils en sont venus à la conclusion que le problème concernait toutes les boissons sucrées. Dans le cadre de cette étude, ils ont prouvé que la consommation d’une boisson gazeuse non seulement réduit considérablement le nombre de spermatozoïdes, mais les rend également lents. Tout cela est très indésirable pour les hommes qui rêvent de devenir parents.
  2. Les femmes consommant des produits laitiers maigres augmentent de 85% le risque d’infertilité due aux troubles de l’ovulation (anovulation), comparativement à celles qui ne les mangent pas.
    Et maintenant une mauvaise nouvelle pour les dames qui ont envie d’être sveltes et comptent chaque gramme de graisse dans leur assiette. Hélas, mais en abusant du fromage blanc et yaourt sans graisse, vous risquez également de réduire à néant vos chances de concevoir. Le fait est que la consommation des produits laitiers maigres mène souvent à l’anovulation – ce sont les soi-disants « règles sans ovulation », lorsqu’une femme ne suspecte même pas un problème.
    Ces conclusions sont basées sur une étude importante du groupe de scientifiques de l’Université de Harvard (Etats-Unis). Plus de 18,5 mille femmes mariées en âge de procréer sans antécédent d’ »infertilité » y ont participé. Lors d’une étude les scientifiques ont découvert que les dames consommant deux portions de produits laitiers maigres par jour ou plus, avaient augmenté le nombre d’épisodes de règles sans ovulation de 85%.
    « Ces conclusions ont été une surprise pour nous, – dit l’un des responsables de l’étude Jorge Chavarro, – c’est qu’en Amérique il y a même des recommandations officielles pour les adultes, au niveau du gouvernement, de consommer au moins trois portions de produits laitiers maigres par jour ».
  3. Les hommes consommant souvent des produits à base de soja, produisent 32% moins de spermatozoïdes par rapport à ceux qui ne mangent pas les aliments à base de soja.
    Le problème réside dans une substance appelée génistéine, que le soja contient. C’est un soi-disant phytoestrogène – hormone végétale, à structure similaire à l’œstrogène humain, ce qui fait qu’il se comporte dans l’organisme pratiquement de la meme façon que lors de l’hormonothérapie de remplacement de l’œstrogène.
    Pour les femmes, en particulier celles se trouvant au stade de la ménopause, les produits à base de soja représentent une valeur importante. Mais, pour la même raison le soja est nocif pour la fertilité masculine. La consommation des produits à base de soja, en particulier, pendant qu’un couple essaye de concevoir un enfant, fait déplacer l’équilibre entre l’œstrogène et la testostérone en faveur de l’hormone féminine, ce qui fait que le corps masculin produit moins de spermatozoïdes.
    Ce fait était confirmé scientifiquement lors d’une étude effectuée par le groupe de médecins de l’Université de Harvard. Les conclusions sont tirées sur la base de l’étude de l’effet des 15 produits différents à base de soja sur la qualité du sperme de 99 hommes. Une autre étude suggère que la consommation de produits à base de soja entraîne la réduction de la motilité des spermatozoïdes, ce qui réduit également les chances de concevoir un enfant.
    Mais les produits de soja, au contraire, sont recommandés aux femmes qui rêvent d’obtenir la grossesse.
  4. Les femmes abusant de la caféine, réduisent de manière significative leurs chances de grossesse. Alors, le risque de grossesse extra-utérine est augmenté.
    Il s’avère que la caféine affecte négativement le processus de déplacement de l’ovocyte dans les trompes utérines (de Fallope). Sous l’influence de la caféine, un mauvais fonctionnement des villosités couvrant la surface interne des trompes utérines et poussant l’ovule vers l’utérus, a lieu. En conséquence, l’ovule ne peut pas entrer à temps dans l’utérus.
    Dans le meilleur des cas, l’ovule ne sera pas fécondé (car la fécondation se produit dans le dernier segment d’une trompe de Fallope (dans l’ampoule de la trompe utérine). Dans le pire des cas, l’ovule fécondé reste dans la trompe utérine, ce qui signifie le début d’une grossesse extra-utérine. Ceci est confirmé par un cycle de recherches des scientifiques de l’Université du Nevada (Etats-Unis). Et il convient de noter que l’étude ne portait pas sur le café, mais en général, tous les aliments riches en caféine.
  5. La qualité du sperme chez les hommes consommant trois portions de produits laitiers par jour ou plus est de 25% pire que chez ceux qui n’abusent pas de produits laitiers.
    Et le fait est que les produits laitiers contiennent des dérivés de l’hormone féminine – œstrogène. Il a un impact négatif sur la motilité et vitalité des spermatozoïdes – des facteurs importants pour une conception réussie. Cette corrélation est établie par les scientifiques des États-Unis, lors de l’étude de la ration alimentaire de 200 hommes en bonne santé, âgés de 19 à 25 ans.
    Il s’est avéré que la qualité du sperme en cas de consommation de trois portions de produits laitiers par jour ou plus diminue en moyenne de 25%. Par une portion on entend un verre de lait, une cuillère à soupe de crème ou environ 30 g de fromage. Cependant, il n’est pas indispensable que cela soit trois portions d’un seul produit.
    Il est curieux que les produits laitiers à teneur normale en matière grasse ont l’effet inverse sur les femmes: la fertilité féminine augmente en cas de consommation régulière de tels produits.
  6. Les femmes abusant de l’alimentation carnée et, en particulier – la viande rouge, augmentent le risque d’infertilité due aux troubles de l’ovulation.
    Comme les chercheurs de Harvard ont confirmé, la viande rouge contient de l’acide arachidonique qui « nourrit » des processus inflammatoires internes dans l’organisme. En cas de consommation régulière de viande, le corps se met en mode de «réactivité interne», lorsque la conception est compliquée pour les mêmes raisons que lors d’un stress physiologique. Les scientifiques recommandent aux femmes qui sont friandes d’alimentation carnée d’ajouter à leur ration au moins 5% des légumes afin de réduire de 50% le risque d’infertilité due aux troubles de l’ovulation.
  7. La qualité du sperme des hommes consommant les gras trans se déteriore considérablement. Les gras trans sont les matières premières bon marché pour la préparation des graisses de confiserie, de la margarine et des substituts de beurre.
    Grâce à son faible prix de revient, ils sont utilisés par les fabricants de produits alimentaires pratiquement partout. Où peut-on découvrir les gras trans? La liste est très large: confiseries (gâteaux, pâtisseries, gaufres, petits fours, crackers, bonbons); buns et beignets soufflés (ceux de maison, et si la graisse culinaire ou la margarine y étaient utilisées), la restauration rapide (chips, pop-corn, hamburgers, frites, etc.); mayonnaise, ketchup, sauces; margarine, graisse culinaire, huile de cuisson, huile végétale raffinée; concentrés secs (soupes, sauces, crèmes, desserts).
    Si vous mangez souvent dans une cantine ou un restaurant pas cher, vous mangez presque certainement des aliments contenant des gras trans. La relation inversement proportionnelle entre leur consommation et la qualité du sperme masculin a été révélée par des chercheurs espagnols qui avaient étudié la ration alimentaire de plus de 200 jeunes gens en bonne santé physique sans problèmes de fertilité.
  8. Les femmes dont la base de la ration alimentaire est constituée d’aliments riches en fibres souffrent plus souvent d’infertilité due aux troubles de l’ovulation (au déséquilibre hormonal).
    Il s’est avéré que la consommation de grandes quantités d’aliments fibreux, c’est-à-dire des aliments riches en fibres, entraînait de certains changements dans l’équilibre hormonal de l’organisme. Plus nombreux sont ces produits dans la ration d’une femme, plus faible est la concentration d’hormones nécessaires pour le processus de reproduction.
    De plus, la consommation augmentée d’aliments riches en fibres par une femme provoque souvent l’anovulation – changements du cycle menstruel, lorsque la sortie d’un ovule mature et d’un follicule dans la cavité abdominale ne se produit pas. Une conclusion pareille est tirée par des chercheurs de plusieurs universités américaines suite à l’observation de 250 femmes en âge de procréer pendant deux ans. Donc, il faut consommer tout avec modération, même des aliments utiles.
  9. La qualité du sperme, nécessaire à la conception, des hommes consommant 4 demi de bière par semaine ou plus, diminue de façon significative.
    Les scientifiques tentent toujours de faire passer ce message aux Européens, dont une boisson préférée est la bière. Donc, des chercheurs de l’Université du Danemark du Sud ayant étudié 1200 hommes âgés entre 18 et 28 ans, ont défini le seuil maximum admissible de la consommation de bière, en cas de dépassement duquel les chances de devenir père sont considérablement réduites.
    Il s’est avéré que pour devenir presque stérile il suffisait de boire 1 verre de bière de volume de 250 ml par jour. Et pour ceux qui avaient déjà des problèmes de concentration de spermatozoïdes et de leur motilité, il suffit de boire 4 verres par semaine. Tout cela est à cause de substances semblables aux oestrogènes contenues dans la bière.
  10. Les femmes consommant au moins une portion d’alcool par jour augmentent de 50% le risque d’infertilité due aux troubles de l’ovulation.
    Proprement, nous savions déjà que l’alcool et la grossesse sont des choses incompatibles. Cependant, il s’agissait toujours essentiellement des éventuelles anomalies congénitales et complications de la grossesse. Mais maintenant, il est apparu que l’amour des veillées avec un verre de vin pouvait réduire considérablement la fertilité féminine. Le fait est que la consommation régulière d’alcool empêche l’utilisation par le foie des hormones produites par le corps féminin.
    En conséquence, le déséquilibre hormonal a lieu, un excès d’hormones s’introduit dans le sang. Dans 50% des cas, cela entraîne l’anovulation – règles sans ovulation (dans ce cas, il est impossible de concevoir). Les données des chercheurs de Harvard qui depuis 8 ans ont examiné plus de 18,5 mille femmes en âge de procréer, en font foi.

 



Entering your comment.



* Toutes vos données personnelles sont strictement confidentielles et ne seront pas divulguées

VEUILLEZ CONTACTER NOTRE COORDINNATEUR QUI VOUS FOURNIRA LA BROCHURE DÉTAILLÉE DU PROGRAMME QUI VOUS INTÉRESSE, ET APPORTERA TOUTE L’AIDE NÉCESSAIRE.


* Toutes vos données personnelles sont strictement confidentielles et ne seront pas divulguées

Наверх
Закрыть
X

Si vous avez des questions veuillez indiquer votre numéro de téléphone ou adresse mail. Notre consultant vous contactera et répondra à vos questions.