Quel est le meilleur âge pour la grossesse? Est-ce que l’âge influe sur les chances de tomber enceinte: est-il possible de tomber enceinte après 35 ans et quelles sont les chances après 40 ans?

Les ovaires de chaque femme contiennent de 1 à 2 millions de follicules formés avec des ovocytes. Ils sont là depuis la naissance. Avec chaque cycle, un ou plusieurs ovocytes de cet énorme stock mûrissent et sont prêts pour la fécondation.

Vers le début du premier cycle le stock d’ovocytes est déjà épuisé jusqu’à 300 000. Si nous supposons qu’une femme a environ 500 ovulations en âge entre 12 et 52 ans, et imaginons également que certains ovocytes ne sont pas sains, il nous reste un nombre limité d’ovocytes viables, capables d’être fécondés. Cependant, les processus de maturation des ovocytes ne se produisent pas de la même manière dans les différentes périodes de la vie d’une femme. C’est pourquoi, il y a déjà longtemps que le fait que l’âge influe sur la conception est axiomatique.

20-24 ans

Selon de nombreux médecins, la période de 20 à 24 ans – c’est le meilleur âge pour la grossesse. A 20-25 ans, 90% d’ovocytes sont génétiquement normaux, ce qui augmente les chances de concevoir un enfant en bonne santé. En cas d’activité sexuelle régulière, la probabilité de concevoir un enfant au cours d’une année chez les femmes de ce groupe d’âge est de 96%.

Toutefois, les jeunes gens ont tendance à être moins responsables par rapport à la grossesse et à la préparation pour la conception que les couples plus âgés, et ignorent souvent les facteurs de risque qui peuvent mener à des complications pendant la grossesse et nuire à la santé de l’enfant. Les stress, de mauvaises habitudes, une mauvaise alimentation, le manque de vitamines, l’examen inopportun – tout cela peut affecter négativement l’évolution de la grossesse et mettre en danger la vie et la santé d’un futur enfant.

En particulier, le manque de certains antioxydants et vitamines dans l’organisme de la mère augmente significativement le risque de prééclampsie (toxicose tardive) et mène au retard de croissance intra-utérin d’un bébé.

25-29 ans

À cet âge, les chances de tomber enceinte après un an d’activité sexuelle sont de 86%. La probabilité qu’une grossesse peut s’interrompre par fausse couche spontanée, n’est pas plus de 10%, ce qui dépasse juste un peu les résultats de plus jeunes couples.

Certes, il est indispensable de se préparer soigneusement pour la grossesse, de surveiller le poids et la ration alimentaire, d’éviter le stress. Toutefois, si vous avez moins de 30 ans, il n’y a pas besoin de consulter un médecin de la reproduction, jusqu’à ce que 12 mois aient passé après le début des tentatives actives de concevoir un enfant.

30-34 ans

Jusqu’à 35 ans, les chances de concevoir au cours d’une année sont toujours élevées – elles atteignent 86%. Cependant, après 30 ans la probabilité de faire une fausse couche augmente à 20%. En outre, après 30 ans, de nombreuses femmes ont déjà des maladies chroniques pouvant influer sur l’évolution de la grossesse.

C’est pourquoi, la future maman à l’âge de 30-34 ans devrait se préparer plus soigneusement à la conception: visiter le médecin traitant et le consulter à propos de la façon dont les maladies chroniques peuvent affecter l’évolution de la grossesse, éliminer les problèmes dentaires (le cas échéant), normaliser le poids et équilibrer le régime alimentaire, prendre des complexes spéciaux pour celles qui envisagent une grossesse. À cet âge, vous devriez consulter un médecin de la reproduction, si vous n’avez pas réussi à tomber enceinte après 9 mois de l’activité sexuelle sans contraceptif.

35-39 ans

Les statistiques montrent que la fertilité féminine commence à baisser rapidement après 35 ans. C’est pourquoi, la question «est-il possible de tomber enceinte après 35 ans? » préoccupe aujourd’hui beaucoup de femmes. Dans le même temps, aujourd’hui de nombreuses femmes donnent naissance à leur premier enfant plus tard que les médecins recommandent. Ceci est expliqué par le désir de résoudre de nombreux problèmes de la vie (obtenir une formation et réussir la carrière, se pourvoir d’un logement, obtenir des revenus élevés stables, vérifier la fidélité du conjoint et la stabilité de l’unité familiale), et seulement après tout cela on peut concevoir un enfant, même s’il est plus difficile de le faire qu’à 20 ans.

En fait, les chances de tomber enceinte après 35 ans ne sont pas trop petites. La probabilité de conception au cours d’un mois pour la majorité des femmes dans ce groupe d’âge est de 15-20%. Cela signifie, à son tour, que les chances de tomber enceinte au cours d’une année après 35 ans sont de 78%.

A propos, chez les femmes de plus de 35 ans la probabilité de concevoir des jumeaux augmente. La nature de ce phénomène n’est pas étudiée à fond.

Cependant, après 35 ans la fertilité féminine commence à diminuer de manière significative. La cause principale est une augmentation des anomalies chromosomiques, qui, à leur tour, affectent la vitalité des ovules. Après 35 ans, le risque de fausse couche, de complications pendant la grossesse est plus élevé, la probabilité d’avoir un enfant atteint du syndrome de Down ou d’autres anomalies chromosomiques est aussi relativement élevée.

Une des causes des défauts chromosomiques est une augmentation des radicaux libres dans le corps et le stress oxydant lié à ce phenomène et provoqué par l’excès constant de radicaux libres dans l’organisme.

Les cellules sexuelles, et le matériel génétique – ADN qu’elles contiennent, sont particulièrement sensibles au stress oxydant.

Plus âgée est une femme, plus nombreux sont des radicaux libres s’accumulant dans son corps, et plus fort est le stress oxydant. L’augmentation du risque d’anomalies chromosomiques chez les enfants nés des femmes d’âge mûr est expliquée par cela.

Le développement de maladies telles que l’endométriose, la polykystose, des affections inflammatoires des organes du petit bassin, la mastopathie, etc. est également associé à la production excessive de radicaux libres.

Les antioxydants aideront à resister aux radicaux libres et réduire le stress oxydatif dans l’organisme. En ce qui concerne le système de reproduction, des substances telles que les vitamines E et C, le bêta-carotène, le coenzyme Q10, la rutine et le lycopène sont particulièrement importantes.

La vitamine E est impliquée dans les processus de production des hormones sexuelles, elle régule le cycle menstruel et augmente la probabilité de la conception. Il est prouvé que l’utilisation de la vitamine E dans le traitement combiné de l’infertilité augmente les chances de grossesse. En plus, cette vitamine favorise l’évolution normale de la grossesse et prévient le développement de la mastopathie.

La vitamine C (acide ascorbique) augmente les chances de tomber enceinte lorsque vous avez des relations sexuelles, elle est donc particulièrement importante pour le système reproducteur. La vitamine C exécute des fonctions de protection des molécules essentielles de l’organisme contre les dommages causés par les radicaux libres, stimule l’immunité et la résistance de l’organisme aux virus. Le bêta-carotène est efficace dans le traitement de l’infertilité et de la mastopathie. Le déficit en bêta-carotène peut aboutir à une fausse couche et grossesse arrêtée.

Le coenzyme Q10 ou l’ubiquinone (du latin « ubique », qui signifie «partout») est contenu dans tous les organes et tissus. Contrairement à d’autres antioxydants qui, en protégant le corps contre les radicaux libres, s’oxydent irréversiblement, les molécules Q10 peuvent être utilisées maintes fois. En outre, le Q10 contribue au ralentissement des processus de vieillissement, il est efficace dans le traitement combiné de la polykystose, lors du syndrome de fatigue chronique et de l’asthénie.

La rutine protège et renforce les capillaires et les vaisseaux, elle a un effet bénéfique sur la fonction sexuelle, normalise l’équilibre hormonal et contrôle le fonctionnement des gonades, favorise la croissance et maturation ovocytaire. Le lycopène, un antioxydant lipophile, est particulièrement nécessaire au système de reproduction d’une femme lors de la période de préparation à la grossesse. Le lycopène aide à prévenir les dommages au foetus in utero et atténue le développement de la pré-éclampsie.

Comme déjà mentionné, la majorité des femmes âgées de 35-39 ans peuvent tomber enceinte pendant un an ou plus. Mais les médecins ne vous recommandent pas d’attendre une année pour savoir si vous êtes l’une d’entre elles. Dans ce cas il ne faut pas perdre du temps, et si vous ne réussissez pas à tomber enceinte pendant 6 mois, vous devriez consulter un spécialiste et subir une série d’analyses. La plupart des cas de l’infertilité peuvent être corrigés. Mais même si vous ne pouvez pas concevoir naturellement, les technologies de reproduction (FIV, ICSI) vous aideront.

Enfin, à cet âge, vous pouvez toujours utiliser la possibilité de congeler les ovules viables pour leur utilisation ultérieure, lorsque vous serez plus âgée, si vous ne voulez pas avoir un enfant en ce moment. Une femme peut congeler ses ovocytes avant 40 ans, et devenir mère en les utilisant même après 44 ans.

De 40 à 44 ans

Plus âgée est une femme, plus basses sont ses chances de tomber enceinte. Après 40 ans il se peut que seulement quelques ovulations se produisent chez une femme au cours d’une année, puisque le stock des ovules et la production de l’oestrogène dans l’organisme diminuent au cours de la vie. A 40-44 ans 90% des ovules d’une femme contiennent des chromosomes anormaux. En plus, chez de nombreuses femmes après 40 ans l’endomètre qui couvre les parois de l’utérus s’amincit, ce qui rend difficile la nidation. C’est pourquoi, la probabilité de tomber enceinte traditionnellement après 40 ans est relativement faible.

Mais le concept «relativement faible» ne signifie pas que la conception n’est pas possible après 40 ans; même si vous avez 40 ans et vous ne pouvez pas concevoir, porter à terme et accoucher d’un enfant en bonne santé depuis plusieurs années. La principale chose est d’aborder correctement et avec discernement la question de la planification de la grossesse.

Les recommandations figurant dans la rubrique pour « celles qui ont plus de 35 ans » restent d’actualité pour les femmes de ce groupe d’âge. Mais il ne faut pas oublier que la conception après 40 ans est problématique non seulement en matière de santé reproductive d’une femme et de qualité de ses ovules, mais aussi de matériel génétique du partenaire masculin.

L’âge d’un homme n’est pas moins important pour la conception. Chez les hommes d’âge mûr, les indicateurs quantitatifs de sperme et la motilité des spermatozoïdes sont plus faibles, tandis que le nombre de spermatozoïdes avec des défauts génétiques est plus élevé que chez les jeunes hommes. Par conséquent, le risque de maladies génétiques chez l’enfant à cause de violation de la morphologie des spermatozoïdes augmente avec l’âge.

Et c’est toujuors le même stress oxydant mentionné ci-dessus qui en est coupable. Suite à l’activité destructrice des radicaux libres les membranes des spermatozoïdes sont endommagées, leur mobilité et capacités fécondantes sont réduites. En outre, les radicaux libres endommagent l’ADN des chromosomes. Environ la moitié des cas d’infertilité chez les hommes est liée justement au stress oxydant. Même les technologies sophistiquées de la reproduction restent souvent impuissantes devant cette forme de l’infertilité. C’est que si les structures d’ADN de spermatozoïde sont endommagées, même en cas de la fécondation réussie de l’ovocyte avec lui (grâce au protocole ICSI), les troubles du développement du foetus ont lieu et l’enfant soit meurt encore aux premiers stades du développement prénatal, soit il est né avec des défauts génétiques graves.

En général, l’âge de 25-40 ans est censé l’âge optimal de conception pour les hommes. Mais cela ne signifie pas du tout que la conception des enfants est contre-indiquée chez les hommes de plus de 40 ans. Si un futur père a plus de quarante ans, il doit prêter plus d’attention à sa santé et essayer, tout comme une femme, de protéger ses cellules sexuelles contre le stress oxydant.

45 ans et plus

Les chances d’une femme de tomber enceinte après 45 ans ne dépasse pas 3-4%. Hypothétiquement, c’est possible, mais presque toujours les technologies de reproduction assistée sont nécessaires. Ces quelques ovocytes qui vous avez encore peuvent avoir des anomalies chromosomiques, c’est pourquoi il est très important que l’ovule subisse un dépistage génétique avant de commencer une fécondation in vitro. Dans la plupart des cliniques les médecins recommanderont aux patients qui veulent tomber enceinte à l’âge de 46-50 ans d’utiliser les dons d’ovocytes d’une jeune femme.

Indépendamment de l’âge il est nécessaire d’être attentif à sa santé, y compris la santé reproductive. Il ne faut pas attendre le moment où des troubles deviendront irréversibles et représenteront un obstacle pour votre désir d’enfant.

 



Entering your comment.



* Toutes vos données personnelles sont strictement confidentielles et ne seront pas divulguées

VEUILLEZ CONTACTER NOTRE COORDINNATEUR QUI VOUS FOURNIRA LA BROCHURE DÉTAILLÉE DU PROGRAMME QUI VOUS INTÉRESSE, ET APPORTERA TOUTE L’AIDE NÉCESSAIRE.


* Toutes vos données personnelles sont strictement confidentielles et ne seront pas divulguées

Наверх
Закрыть
X

Si vous avez des questions veuillez indiquer votre numéro de téléphone ou adresse mail. Notre consultant vous contactera et répondra à vos questions.